1987

FESTIVAL DE THÉÂTRE DES AMÉRIQUES — 2E ÉDITION

A hora e vez de Augusto Matraga

Antunes Filho (Brésil)

A hora e vez de Augusto Matraga

Augusto Matraga, un personnage taillé dans une matière brute. Toujours quelque part entre le bien et le mal, vérité et mensonge, un aller et un retour. Un être prévisible comme la plaine, surprenant comme le temps.

À quelle heure on meurt?

Martin Faucher (Montréal)

À quelle heure on meurt?

Deux enfants deviennent adultes. Deux enfants refusent de vieillir, de se lancer dans le tunnel sombre et étroit de l’adultère.

Balzac

Téo Spychalski (QUÉBEC)

Balzac

Plus que les paroles, plus que le texte balzacien, ce spectacle veut contenir, être le reflet vivant de l’univers et du phénomène romantique, être l’image – comme une peinture dessinée par le jeu – de cette époque particulière avec ses moeurs, ses stéréotypes, ses passions, ses partis pris, son ridicule.

El Gran Circo Criollo

Ariel Bufano (Argentine)

El Gran Circo Criollo

Les castelets de marionnettes sont des lieux mystérieux. Les personnages qui les habitent ont le pouvoir de réinventer le monde. El Gran Circo Criollo choisit de nous amener dans les coulisses d’une ménagerie de chiffon. Des animaux gigantesques, des personnages minuscules, un gaucho intrépide. Un spectacle pour l’oeil.

Hamlet – Machine

Gilles Maheu (Québec)

Hamlet – Machine

« J’étais Hamlet… Je ne suis plus Hamlet. Je ne joue plus de rôle… Je ne veux plus mourir. Je ne veux plus tuer »

Kaselezo

Jean-Pierre Bernay (Haïti)

Kaselezo

Entre la réflexion et le geste, il y a le temps, le danger d’être pris au piège de l’histoire. Kaselezo dénonce l’abus de la patience et de la peur. Peut-on imaginer à quoi ressemble la liberté? Un texte, des personnages portés par un souffle de révolte et de lucidité.

La Soirée des Murmures

Ginette Noiseux (Montréal)

La Soirée des Murmures

C’est au contact des peintres, sculpteures, danseuses, performeuses, écrivaines, installatrices… que nous voulons enrichir notre pratique théâtrale. Nous avons demandé à chaque artiste d’explorer à travers son médium, le rapport voyeurisme/ exhibitionnisme en s’adressant à un petit nombre de spectatricesteurs à la fois. À vous de choisir et d’oser, comme chacune d’entre elles le fera. -Ginette Noiseux

La Trilogie des Dragons

Robert Lepage (Québec)

La Trilogie des Dragons

L’histoire d’un double déplacement; les pérégrinations de la communauté chinoise à travers les villes du Canada et le trajet de la pensée orientale dans la vie occidentale au cours des soixante-quinze dernières années.

Las dos Fridas

Abraham Oceransky (Mexique)

Las dos Fridas

Au sein de la peinture mexicaine Frida Kahlo occupe une place singulière. Sa force de vivre éclate sur ses toiles. Ses images témoignent de sa vision du monde, de sa lutte contre la mort et l’inertie. Autoportraits de chair et d’os, Las Dos Fridas nous présente la légende et son double. La rencontre de Frida Kahlo avec elle-même.

Los Ojos de Don Colacho

Gabriel Cosoy (Nicaragua)

Los Ojos de Don Colacho

Au coeur d’une révolution, le théâtre a un goût d’essentiel. La distance qui sépare la scène du public, s’effrite. N’existe plus que l’urgence de creuser jusqu’aux espaces vierges de l’imaginaire, de redéfinir les réalités. Avec le Grupo Teyocoyani du Nicaragua, la scène se déplace. Le jeu se modifie. Les textes sont les mots d’un peuple en mouvement.

Macunaima

Antunes Filho (BRÉSIL)

Macunaima

Le héros de Macunaima voyage, bouleverse la logique et la géographie. Il ne trace pas seulement le trajet d’un peuple mais celui de toute une civilisation. Transformations mystérieuses, légendes et animaux mythologiques apparaissent comme des figures lointaines, pourtant familières. Quand il s’agit de la vie, tout est possible.

Off off off ou sur le toit de Pablo Neruda

Alberto Kurapel (Québec)

Off off off ou sur le toit de Pablo Neruda

Le souvenir n’est pas un refuge. Dans la mémoire s’inscrivent les éléments essentiels à la réalisation du présent. Alberto Kurapel se souvient pour mieux comprendre ce qui l’entoure, pour mieux voir ce qu’il y a devant.

Pericles, Prince of Tyre

Jack Langedijk (QUÉBEC)

Pericles, Prince of Tyre

Des personnages errant dans un décor d’apocalypse. Figures de légende. Mais plus fort que tout, leur désir de défier la tragédie. Pericles, une fable épique où les êtres survivent à la fatalité.

Potestad

Norman Brisky (Argentine)

Potestad

Lorsque le bourreau devient victime, le monde chavire, mais ne change pas. Si les événements échappent à la fixité, comment expliquer que l’injustice soit immuable. Potestad, une psychanalyse du pouvoir.

Rachel’s Brain

Rachel Rosenthal (États-Unis)

Rachel’s Brain

Le cerveau, organe fragile et mystérieux. Foyer du rationnel, porte ouverte sur l’imaginaire. Comment maintenir un équilibre entre nos instincts les plus primaires, nos émotions brutes et cette conscience qui nous habite?

Reflections in the Medicine Wheel

Margo Kane (Canada)

Reflections in the Medicine Wheel

Les rituels donnent un autre sens au temps. Les gestes se décomposent à un rythme lent, précis, et font resurgir, puissantes, les traces de la mémoire ancestrale. Reflections in the Medicine Wheel traverse l’origine et le devenir.

The Angels of Swedenborg

Ping Chong (États-Unis)

The Angels of Swedenborg

Pour retrouver la poésie des gestes simples, imaginons un voyage entre le ciel et l’enfer. Un espace où il importe peu de savoir qui est l’ange ou le démon. Au retour peut-être restera-t-il quelque chose qui ressemble à l’espoir et au plaisir.

The Haunted House Hamlet

Kathleen Weiss (Canada)

The Haunted House Hamlet

Une maison hantée. Des bruits de pas dans les corridors. Des portes s’ouvrant sur des fragments d’histoires. Le spectacle se profile au hasard des curiosités et des audaces. C’est à vous de décider, jouer ou ne pas jouer, voilà la question.

The Road to Immortality Part Two: (… Just the high points…)

Élizabeth LeCompte (États-Unis)

The Road to Immortality Part Two: (… Just the high points…)

En parallèle, les symboles du rêve américain, les images de sa décadence. Des contrastes violents qui questionnent nos repères, qui nous placent à mi-chemin entre l’inconfort et le péril. Avec The Wooster Group, l’Amérique nous éclate en plein visage.

This is what happens in Orangeville

Hillar Liitoja (Canada)

This is what happens in Orangeville

Un meurtre. Un acte délibéré. La démesure du geste d’un adolescent nous renvoie, nous confronte à notre folie, à notre cruauté et au choix que chacun pose dans ce que nous appelons « conscience ». This is what happens in Orangeville.

Turtle Dreams (Cabaret)

Meredith Monk (États-Unis)

Turtle Dreams (Cabaret)

« Mes buts: créer un art qui brise les frontières entre les disciplines, un art qui, à son tour, devienne métaphore pour ouvrir la pensée, la perception, l’expérience. (…) Un art qui tende vers ces émotions pour lesquelles nous n’avons pas de mots, dont nous nous souvenons à peine; un art qui certifie l’existence du monde émotif à une époque et dans une société qui cherchent systématiquement à l’éliminer » – Meredith Monk

Un oiseau vivant dans la gueule

Isabelle Villeneuve (Québec)

Un oiseau vivant dans la gueule

À l’abri du regard des étrangers, le désir se répand comme une tache d’ombre. Il dévore, tisse des liens inextricables. Un oiseau vivant dans la gueule; une femme qui retrace l’histoire dans l’histoire. Au bout de sa plume deux hommes, deux coqs, I’affrontement de forces obscures. Des images énfoncées dans la chair. Des sons rauques retenus entre les dents.