2008

FESTIVAL TRANSAMÉRIQUES — 2E ÉDITION

7 Important Things

Nadia Ross + George Acheson (Ottawa)

7 Important Things

En altermondialistes de la scène, Nadia Ross et Acheson réaffirment la force de la parole et redonnent au théâtre le pouvoir d’élucidation qu’il ne devrait jamais cesser d’avoir. Après Recent Experiences et Revolutions in Therapy, remarqués au FTA, STO Union revient avec un nouveau spectacle-installation qui détourne avec malice les codes de l’entretien public et de la conférence.

aKabi

Aydin Teker (Istanbul)

aKabi

Dans aKabi, la chorégraphe Aydin Teker affuble ses danseurs de chaussures plateformes disproportionnées et les lance dans une captivante exploration des limites du corps entravé et du mystère de la gravité. Des êtres protéiformes ou sculpturaux émergent ainsi de leurs socles comme autant de visions étranges.

Boléro variations

Raimund Hoghe (Dusseldorf / Paris)

Boléro variations

Raimund Hoghe, écrivain et homme de théâtre allemand, fut le dramaturge de Pina Bausch pendant dix ans avant d’oser, lui, le bossu, « jeter son corps dans la bataille », faisant sienne l’injonction de Pasolini. Geste artistique et politique qui déstabilise et interroge les attentes par rapport au corps, à la danse. Une manière de dire l’humanité entière.

Cabane

Paul-André Fortier (Montréal)

Cabane

Un univers troublant, sorti du réel. Hors de raison. Une création à mi-chemin de la performance in situ et de l’installation à suivre dans des lieux aussi inattendus qu’un stationnement intérieur public et une salle de bal.

Chambre blanche

Michèle Noiret (Bruxelles)

Chambre blanche

Un univers clos, une table et quelques tabourets aux lignes sobres. La musique, flux et reflux de bruissements, de souffles, donne le ton, amplifie les zones secrètes. Quatre femmes –s’agit-il de la même ?– y jouent leur identité, déplient le temps, seules, en duo, ensemble.

Grande théorie unifiée

Martin Bélanger (Montréal)

Grande théorie unifiée

Martin Bélanger est un indocile des arts vivants. Il a fait du métissage et de l’inclusion des formes, des idées et des arts son credo créateur. À l’instar d’une grande théorie universelle qui rendrait compte de toutes les théories de la physique, ce passionné des sciences est en quête d’un « art total » concret, immédiat, où la connivence domine.

Import Export

Annabel Soutar (Montréal)

Import Export

Une compagnie de vêtements montréalaise décidait récemment de fermer sa manufacture du Québec pour déménager ses opérations en Chine. Doit-on docilement se plier aux règles du marché? Les artisans du collectif Porte Parole posent la question. Un théâtre frontal et engagé, qui interpelle et secoue notre indifférence

Is You Me

Benoît Lachambre (Montréal)
Louise Lecavallier (Montréal)
Laurent Goldring (Montréal)

Is You Me

Enfin réunis sur une scène montréalaise, deux artistes inclassables et incandescents : Benoît Lachambre, le performeur-chorégraphe du geste authentique à l’approche éminemment sensorielle, et Louise Lecavalier, la danseuse kamikaze qui a frôlé pendant dix-huit ans la combustion spontanée et qui savoure maintenant les délices de la lenteur.

Iwanow

Dimiter Gotscheff (Berlin)

Iwanow

Sur une scène totalement nue, des acteurs émergent littéralement du brouillard pour venir à tour de rôle jouer leurs petits numéros. Éloignée du naturalisme, cette production impose une émotion vraie sous le jeu à l’emporte-pièce. Avec cet Iwanow de la Volksbühne de Berlin, le spectateur est remis en contact avec la vérité première du théâtre.

L’Invisible

Marie Brassard (Montréal)

L’Invisible

La ville de Berlin, les ectoplasmes, ces émanations visibles du corps des médiums, et le canular littéraire autour de J T Leroy, cet écrivain inventé par une femme qui cherchait le moyen d’être publiée, fournissent à Marie Brassard le matériau métaphorique idéal à une réflexion sur l’art et la création, sur la frontière poreuse entre la créatrice et sa créature.

La Marea

Mariano Pensotti (Buenos Aires)

La Marea

Neuf séquences, neuf installations mettant en scène des couples ou des présences solitaires aux prises avec « les choses de la vie ». Le temps d’une soirée, tous se retrouvent dans la même rue, la rue Émery du Quartier Latin, et vivent devant nous leurs petites histoires. Le privé rendu public !

Là où je vis

Danièle Desnoyers (Montréal)

Là où je vis

Entendre la danse. Voir les sonorités multiples du monde imprégner les corps. Avec Là où je vis, Danièle Desnoyers dévoile une sensibilité nouvelle et montre une danse qui est fuite et imagination, qui sème le désordre et répond au silence.

maby-baby.edu

Gianina Cărbunariu (Bucarest)

maby-baby.edu

Imaginez une pièce qui affronte crûment les questions de la prostitution, du cul-de-sac dans lequel se retrouve la jeunesse roumaine, du miroir aux alouettes que représentent pour elle la société occidentale et ses succès faciles, tout cela sous un mode grinçant, et vous obtenez mady-baby.edu.

Maybe Forever

Meg Stuart (Bruxelles / Vienne)

Maybe Forever

Ils sont deux. Ils se cherchent, dérivent, se défont. Se sont-ils retrouvés ou jouent-ils les dernières notes de la partition de leur territoire ? Maybe forever nous emmène sur un continent de mélancolie mais sous la surface, bouillonnent l’indicible et l’embryonnaire.

Melt

Noémie Lafrance (New York)

Melt

La chorégraphe québécoise Noémie Lafrance, établie à New York, sera à Montréal le temps de présenter Melt, un festin de textures et de sensualité. Entrée libre sur l’Esplanade de la Place des Arts pour voir cette danse-installation en hauteur.

Orphée et Eurydice

Marie Chouinard (Montréal)

Orphée et Eurydice

Des corps pulsés par des forces souterraines qui les traversent de part en part. Un univers à la Jérôme Bosch, débridé, où le grotesque le dispute à l’Éros. Orphée et Eurydice est une œuvre puissante, excessive, habitée de vagues d’humour.

Oxygène

Ivan Viripaev (Bruxelles)

Oxygène

Où va le théâtre? Où peut-il aller? Ivan Viripaev, l’enfant terrible de la nouvelle dramaturgie russe répond à ces questions par une parodie féroce des dix commandements montée par le metteur en scène bulgare Galin Stoev, avec deux acteurs-performeurs et un D.J. Du théâtre qui dégoupille!

Petits Fantômes mélancoliques

Louise Bombardier (Montréal)

Petits Fantômes mélancoliques

Les « petits fantômes mélancoliques », ce sont les enfants autistes, qui jamais peut-être ne communiqueront comme nous le faisons et dont l’univers nous semble inaccessible. Avec chaleur et compassion, l’auteure et comédienne Louise Bombardier s’insinue dans leur espace mental et leur crée un imaginaire porteur de poésie.

Poésie, Sandwichs et autres soirs qui penchent

Loui Mauffette (Montréal)

Poésie, Sandwichs et autres soirs qui penchent

Fête des sens, stonerie poétique à la fois intime et débridée, Poésie, sandwichs et autres soirs qui penchent n’a rien du récital de poésie ou de la lecture conventionnelle. Après des succès répétés depuis sa création, ce fulgurant happening ne manquera pas de semer une fois de plus un joyeux bordel de mots et d’émotions.

Seagull Play

Enrique Diaz (Rio de Janeiro)

Seagull Play

Laissons de côté les clichés habituellement associés à Tchekhov, trop souvent transformé en saule pleureur. Oublions les forêts de bouleaux, les robes blanches et les ombrelles. Cette Mouette est à la fois une répétition et une prise de possession du matériau Tchekhov, où les acteurs et recréateurs de l’œuvre jouent la pièce et se jouent d’elle.

Smash Up

Animals of Distinction (Vancouver)

Smash Up

Collision de la danse, de l’animation créée par ordinateur et de la musique, Smash Up fait voler en éclats l’idée d’œuvre globale et se déploie en une série de six courtes pièces multimédias aux formes sans cesse réinventées. Dana Gingras, figure de proue de la compagnie The Holy Body Tattoo, a fondé Animals of Distinction afin de pousser encore plus loin le travail expérimental sur les liens entre danse, film et vidéo.

Swan Lake, 4 Acts

Raimund Hoghe (Dusseldorf - Paris)

Swan Lake, 4 Acts

Raimund Hoghe, écrivain et homme de théâtre allemand, fut le dramaturge de Pina Bausch pendant dix ans avant d’oser, lui, le bossu, « jeter son corps dans la bataille », faisant sienne l’injonction de Pasolini. Geste artistique et politique qui déstabilise et interroge les attentes par rapport au corps, à la danse. Une manière de dire l’humanité entière.