You need Flash player 8+ and JavaScript enabled to view this video.

Logique du pire

Étienne Lepage, Frédérick Gravel

Portraits de trentenaires nonchalants, délurés, plutôt désespérés. Des instants crus, des actions loufoques et des réflexions déroutantes exposés sans fard dans une langue baignée dans l’acide.

Détails

Jusqu’ici tout va bien

L’auteur Étienne Lepage, avec la complicité du chorégraphe Frédérick Gravel, revient affronter le chaos humain. Après Ainsi parlait… (FTA, 2013), le percutant duo se penche sur les malaises d’égos en chute libre, l’angoisse d’êtres fragiles soudain conscients du pire à l’intérieur d’eux-mêmes, curieux de voir jusqu’où les mèneront leurs instincts. Dans un monde où le pire est presque certain d’arriver, mieux vaut s’attendre à ce que ça finisse mal.

Empêcheur de penser en rond, Lepage compose des scènes portées par des personnages d’une lucidité et d’une drôlerie fulgurantes, dévoilant la face obscure d’individus qui dégringolent dans l’absurdité, dépassés par l’ignominie de leur propre logorrhée. Les images-chocs foisonnent, livrées par une équipe d’interprètes goguenards et agiles. Portraits de trentenaires nonchalants, délurés et plutôt désespérés. Une série d’instants crus, d’actions loufoques et de réflexions déroutantes est exposée sans fard dans une langue trempée dans l’acide. Défense et illustration de la loi de Murphy.

Crédits

Un spectacle de Étienne Lepage
Texte et direction de production Étienne Lepage
Mise en scène Frédérick Gravel + Étienne Lepage
Interprétation Alex Bergeron + Yannick Chapdelaine + Gabrielle Côté + Renaud Lacelle-Bourdon + Marilyn Perreault
Scénographie et costumes Romain Fabre
Lumières Alexandre Pilon-Guay
Musique Frédéric Gravel + Robert M. Lepage

Coproduction Festival TransAmériques + Théâtre de l’Ancre (Charleroi)
Résidence de création Place des Arts

Création au FTA, Montréal, le 3 juin 2016

 

© Lucie Desrochers

Étienne Lepage (Montréal)

Impétueux, engagé, partisan du mouvement et des idées, Étienne Lepage s’impose en tant qu’auteur dramatique dès sa sortie de l’École nationale de théâtre du Canada avec Rouge gueule. Créée en 2009, la pièce marque les esprits par son ton féroce et sa langue impitoyablement précise.

En savoir plus
© Brianna Lombardo

Frédérick Gravel (Montréal)

Le public du FTA connaît bien Frédérick Gravel puisque, dès 2009, Gravel Works déclenche un électrochoc ; ironique et impertinent, le chorégraphe s’amuse à bousculer les frontières entre danse, théâtre et performance.

En savoir plus