You need Flash player 8+ and JavaScript enabled to view this video.
© Julian Mommert
Théâtre

Elenit

Euripides Laskaridis

L’expansion de l’univers

Un monde hors du temps, entre le rêve et la fin des idéaux. Propulsés par la force motrice d’une éolienne, un théâtre de personnages étranges et une bête préhistorique gravitent autour d’une créature enfumée. Après Titans qui a ébloui le public du FTA en 2018, le fabuleux performeur grec Euripides Laskaridis enchante de nouveau par son imaginaire excentrique avec une fable poétique et grotesque sur les grandeurs et les failles de l’humanité.

Jonchée de tôle métallique, la scène en chantier devient un lieu d’apparitions insolites où se déchaîne la mythologie personnelle de Laskaridis. Extraordinaire créateur de personnages, il se travestit pour faire de son corps un théâtre où dieux, monstres, humains et machines se rencontrent. Une œuvre balayée par le souffle d’un vent irrationnel, Elenit nous emporte dans un conte burlesque où le chaos reprend ses droits. Un combat au présent avant notre disparition.

Crédits
Information générale

Sur l'artiste

© Marilena Stafylidou

Euripides Laskaridis (Athènes) Osmosis

Figure de proue de la nouvelle scène grecque, le chorégraphe et metteur en scène grec Euripides Laskaridis évolue sur scène depuis 1995, et a collaboré entre autres avec Robert Wilson et Dimitris Papaioannou. Dans le but de créer un flamboyant théâtre visuel, il crée depuis 2000 ses propres œuvres pour la scène et le cinéma et fonde sa compagnie Osmosis en 2009, en pleine crise grecque. 

Biographie complète

Échos des médias

« C’est la comédie de la vie elle-même qui déclenche des éclats de rire incontrôlables durant le spectacle Elenit présenté au Festival TransAmériques. » 

Marc-Yvan Coulombe, Les ArtsZé, 2022-06-03

« Laskaridis propose un spectacle grandiose » 

Élie Castiel, KinoCulture Montréal, 2022-06-03

« En cohérence avec le reste de la proposition, Elenit exhibe sa théâtralité et ses artifices, joue de regards et de connivence avec le public. » 

François Jardon-Gomez, Spirale, 2022-06-02

«  Elenit est une « bibitte » insaisissable et difficile à décrire qui fait vivre un moment de déconnexion du réel. »

Daphnée Bathalon, Théâtre Québec, 2022-06-02

«  Elenit se présente comme une grande farce burlesque, ce genre théâtral qui a pour but de faire rire, souvent grossièrement. Pantomime, prothèses exubérantes, masques hyperréalistes en silicone, action déjantée, mimiques outrées… Tout y passe ! » 

Iris Gagnons-Paradis, La Presse, 2022-06-02

« Elenit nous plonge dans un univers chaotique aux confins du ridicule, tellement absurde qu’il provoque le rire, sublime dans sa folie. » 

Iris Gagnons-Paradis, La Presse, 2022-06-02

« C’est un joyeux carnaval, un tohu-bohu irrésistible, un rituel enfumé et musical au cours duquel le grand plateau du Théâtre Jean-Duceppe est mis sens dessus dessous. Mais c’est également un carnaval dans le sens rabelaisien du terme, une fête de tous les possibles, un courageux retour aux sources qui pourrait bien permettre d’imaginer la suite en toute liberté. » 

Christian Saint-Pierre, Le Devoir, 2022-06-02

« Entre le spectacle de danse, de cirque et la revue de cabaret, ils nous invitent dans un univers sombre et scintillant, drôle et inquiétant où tout est possible, surtout le rêve. » 

Gilles Bechet, Bruzz (Belgique), 2020-01-17

« Burlesque, vaudeville, mime, music-hall, commedia dell’arte, opéra, cabaret…: Laskaridis, sans doute mieux connu à l’étranger qu’à domicile, est un fameux lascar du monde artistique. […] Il y a toujours un peu d’amertume et de laideur dans les figures extra-terrestres auxquelles il prête vie, mais surtout beaucoup de drôlerie. » 

Valérie Colin, L’Écho (Belgique), 2020-02-26

« Une comédie tragique à l’humour subversif et scandaleux. […] Un monde fascinant né de matériaux simples. […] Un voyage paradoxal, spectaculaire, énigmatique » 

Huffingtonpost.gr (Grèce), 28-11-2019

« Cette performance – névrotique, drôle, tragique, sarcastique – continue d’ajouter des mots au vocabulaire et au langage créés par Euripides Laskaridis, langage incompréhensible et familier, distant et émouvant […] Un geste grandiose de compréhension d’un monde monstrueux. » 

Argyro Bozoni, Elculture.gr (Grèce), 28-11-2019

« Un voyage paradoxal, spectaculaire et ridicule, énigmatique et dérangeant » 

Huffingtonpost.gr (Grèce), 28-11-2019

Entretien

« C’est cette nature humaine qui me fascine, son étrangeté, ses immenses pouvoirs et sa fragilité ; on voudrait agir de la meilleure façon possible et pourtant, nous sommes condamnés à nous heurter à nos innombrables limites. »

Lire l’entretien