You need Flash player 8+ and JavaScript enabled to view this video.
© Christopher McCrory
Danse

High Bed Lower Castle

Ellen Furey + Malik Nashad Sharpe

Ciel et Terre

Fidèle à son titre, High Bed Lower Castle inverse les perspectives. Un vrai faux conte de grands lits et de petits châteaux où s’entremêlent personnages archétypaux, danses aux registres variés, verbe, chant et actions visiblement invisibles, un imaginaire infini en somme. Bienvenue dans ce monde généreux. Évacuez vos attentes. Visez les projections !

Ellen Furey est canadienne établie à Montréal, Malik Nashad Sharpe est états-unien basé à Londres. Rien de leurs géographies, de leurs histoires respectives, de leurs constructions et de leurs pratiques artistiques ne portait à croire que les deux artistes collaboreraient. Pourtant, selon elleux, il n’y a pas de coïncidences. Ce qui les pousse à cultiver non seulement leur goût pour le fantastique et les grands rêves, mais aussi à mettre au cœur de leur travail un même intérêt pour les différences.

Crédits
Information générale

Sur les artistes

© Winnie Ho

Ellen Furey (Montréal)

Ellen Furey se présente comme une artiste, une danseuse et une chorégraphe inspirée par les collaborations avec les autres et par le croisement de l’art et de la vie. Elle a travaillé avec Daniel Léveillé, Dana Michel, Sasha Kleinplatz, Simon Portigal, Andrew Tay/Stephen Thompson et Public Recordings, entre autres. Elle est aussi conseillère artistique pour Danse-Cité.

Biographie complète

Malik Nashad Sharpe (Londres)

Malik Nashad Sharpe, alias marikiscrycrycry, se présente comme un chorégraphe et un directeur de mouvement, travaillant tout autant dans la mode que la danse et le théâtre. Son travail a largement circulé en Amérique et en Europe, notamment à Londres, au prestigieux musée Tate Britain, où il a été artiste résident, et à l’Institute of Contemporary Art, où il joue devant des salles combles. À Montréal, sa pièce $ELFIE$ a été présentée au MAI –Montréal, arts interculturels.

Biographie complète

Échos des médias

« High Bed Lower Castle procède de la rencontre improbable des registres classique et populaire, des cultures anciennes et contemporaines, et de l’intuition certaine des deux artistes pour ce qui fonde les fantasmes de création et de fin du monde. »

Laurence Pelletier, JEU, 2022-05-30

«La performance aussi intrigante que perturbante d’Ellen Furey et Malik Nashad Sharpe, dans leur tout dernier spectacle, est une invitation à pénétrer dans une autre dimension»

Laurence Pelletier, JEU, 2022-05-29

«Dès lors, on devine que la pièce se meut d’univers intangibles, ludiques et incongrus : univers qui seront soutenus adroitement par des éléments scénographiques tant étranges que sublimes.» 

Pénélope Desjardins, Artichaut mag, 2022-05-29

« Furey et Sharpe établisse avec grand soin leur droit à notre attention, leurs corps habitant l’immobilité et le mouvement le temps qu’il faut pour aller au-delà de notre perception initiale. »

Philip Gates, Comtemporaryperformance.com, 2019-01-19, à propos de SOFTLAMP.autonomies

« Cette collaboration [de Malik Nashad Sharpe et Ellen Furey] donne lieu à une œuvre saisissante dans laquelle les deux chorégraphes s’immergent en tant qu’interprète avec dévouement et brio. »

Lucie Lesclauze, Dfdanse.com, 2018-05-01, à propos de SOFTLAMP.autonomies

« SOFTLAMP.autonomies, c’est ce perdre dans la dimension entre le corps physique et le psychique, c’est réagir à une musique répétitive, celle de la deuxième partie, comme s’il s’agissait d’un hommage au rave, produit culturel d’une autre époque qui traduit magnifiquement bien un monde en perdition, qui refuse catégoriquement le passé et s’emploie à reconstruire un lieu dont on n’a pas idée de quoi il sera formé. »

Elie Castiel, Revue Séquences, 2018-04-25, à propos de SOFTLAMP.autonomies

Entretien

« Il ne s’agit pas tant de rendre visibles les choses qu’on ne voit pas. Parce que les choses invisibles peuvent aussi être visualisées. La seule façon pour qu’elles deviennent visibles, c’est de croire qu’elles sont possibles »

Lire l’entretien