You need Flash player 8+ and JavaScript enabled to view this video.
© Julie Artacho
Théâtre

Malaise dans la civilisation

Alix Dufresne + Étienne Lepage

Vivarium philosophique

Des touristes débarquent dans un théâtre sans se soucier du décorum. Tour à tour craintif·ve·s ou amusé·e·s, clownesques ou négligent·e·s, les quatre comparses explorent les lieux, jouent, se testent et nous testent au rythme de petits accidents ordinaires. Le ridicule devient parfois fécond alors qu’ils se posent maladroitement des questions philosophiques. Cet échantillon d’humanité, soudé par des situations improbables, transforme graduellement l’espace vide de la scène en un univers débordant de possibles.

Par une écriture de plateau mordante, Alix Dufresne et Étienne Lepage, savants camarades de création, secouent les conventions autant sociales que théâtrales et jouent avec la porosité entre la scène et la salle. Étrange et ludique, Malaise dans la civilisation donne à observer des êtres complexes et captivants qui s’aventurent à la limite des valeurs morales en toute innocence. Attendrissant et… dérangeant !

Crédits
Information générale

Sur les artistes

© Maxime Côté

Alix Dufresne (Montréal)

Malaise dans la civilisation est né à l’initiative de l’auteur dramatique Étienne Lepage qui souhaitait allier son univers à celui de la metteuse en scène Alix Dufresne. Dans un partage organique d’écriture scénique et de mise en scène, ces complices de longue date signent ici une première collaboration. 

Biographie complète
© Lucie Desrochers

Étienne Lepage (Montréal)

Parmi les multiples créations d’Étienne Lepage, présentées en Amérique du Nord et en Europe, mentionnons Rouge gueule (2009), pièce qui lui vaut d’être finaliste au prix Michel Tremblay, et L’enclos de l’éléphant (FTA, 2011), qui remporte le Prix du texte original de l’AQCT. 

Biographie complète

Échos des médias

« Au-delà des beaux malaises vécus sur scène et dans la salle, les artisan·es du spectacle nous font réfléchir au théâtre, à son fonctionnement, à ses possibilités esthétiques, à son avenir. À moins que ce ne soit à propos de la vie elle-même. »

Mario Cloutier, JEU, 2022-05-29

 « Évoluant du comique au tragique, de la douce ironie à l’humour cinglant, des farandoles de l’enfant aux contorsions du persécuté, la représentation est ni plus ni moins qu’une mise à l’épreuve par les mots. »

Christian Saint-Pierre, Le Devoir, 2019-05-26, à propos de Hidden Paradise

« Entre nihilisme et enthousiasme communicatif, les cinq interprètes s’en donnent à cœur joie dans la surenchère et la cruauté, oscillant entre humour potache et réflexion philosophique, l’air de rien. »

Gallia Valette-Pilenko, Tout Lyon, 2019-03-20, à propos de Logique du Pire

« Leur proposition sait captiver habilement l’attention du spectateur, grâce à une manipulation du texte et du geste. […] La performance impeccable des interprètes provient de leur évidente et impressionnante maîtrise du texte. […] Chaque mot, chaque intonation et chaque silence étaient éloquents et raffinés. »

 

 

Philippe Dépelteau, Dfdanse, 2018-11-02, à propos de Hidden Paradise

« Ni pièce de théâtre, ni spectacle de danse, ni reportage journalistique, mais un peu tout cela à la fois, Hidden Paradise est une surprenante créature scénique qui saura à coup sûr charmer, faire rire et faire réfléchir. »

Marie-Luce Gervais, Montheatre.qc.ca, 2018-10-30, à propos de Hidden Paradise

« La force du spectacle, calé et précis où seules les respirations ne sont pas écrites : dans sa capacité à nous bousculer jusqu’au bout et même au-delà. »

Dounia Hadni, Libération (France), 2017-10-13, à propos de Logique du pire

« Logique du pire a pour vertu de nous placer face à notre condition humaine, de réveiller nos consciences en fouillant nos failles, dans un acte théâtral qui ne craint de se frotter ni à la pensée ni au quotidien. »

Marie Baudet, Lalibre.be (Belgique), 2016-06-04

Entretien

« J’ai le désir de mobiliser l’idée de la philosophie dans mes pièces, mais avec un côté comique et malhabile qui mène à encore plus de confusion. Montrer des individus qui s’interrogent tout haut, de manière philosophique, mais absurde. »

Lire l’entretien