You need Flash player 8+ and JavaScript enabled to view this video.
© Jean Couturier
Danse

Re:Incarnation

Qudus Onikeku

C’est la fête à Lagos. Une bagarre éclate qui fait un mort. S’ouvre alors une brèche au-delà du réel. Une femme-oiseau, des gardiens du royaume des morts et d’autres figures mythiques peuplent ce monde où la mort n’est jamais une finalité. À travers elle, on renaît, on se lie aux ancêtres. Puisant dans la philosophie yoruba, l’ethnie d’origine du chorégraphe nigérian Qudus Onikeku, Re:Incarnation ravive la mémoire des corps et célèbre la force de réinvention de l’Afrique dans une renaissance collective. 

Dix jeunes interprètes et deux musiciens à l’énergie explosive racontent le cycle de la vie. Imprégnée jusqu’à l’os de l’afrobeat local, la jeune génération de danseur·euse·s nigérian·e·s, nourri·e·s au dancehall, au hip-hop et au funky house, irrigue ce flamboyant passage de vie. Une ode épique au foisonnement culturel nigérian où chaque interprète apporte sa force individuelle. Un voyage initiatique et cathartique passionnant.

Crédits
Information générale

Sur l'artiste

© Alli Hajarat

Qudus Onikeku (Lagos)

Représentant de la nouvelle génération de créateurs et créatrices qui circulent et travaillent à l’international, le chorégraphe Qudus Onikeku, né à Lagos au Nigeria, a été formé à l’École nationale supérieure des arts du cirque en France en 2009. Il se spécialise d’abord dans le mouvement au carrefour de la danse et de l’acrobatie. Inspiré par la philosophie traditionnelle yoruba, son travail est aussi marqué par les influences du hip-hop, de la capoeira et de la danse contemporaine. 

Biographie complète

Échos des médias

« Re:Incarnation met en scène la vitalité de la jeunesse.»

Radio-Canada, 2022-05-27

« Dynamique, fiévreuse, pulsionnelle, Re:Incarnation est une célébration de la réappropriation des corps, un voyage spirituel qui réactive l’étymologie liée à la chair de la ré-incarnation. »

Sarah-Louise Pelletier-Morin, Spirale, 2022-05-27

«Quel coup d’envoi percutant pour la 16e édition du Festival TransAmériques que cette prise d’assaut de la vaste scène du Théâtre Jean-Duceppe par 10 danseurs et danseuses africain·es, livrée avec une énergie vive et envoûtante ! » 

Sophie Pouliot, JEU, 2022-05-26

« C’est le grand cycle de la vie dans toute sa fureur, sa beauté et son mysticisme qu’évoque avec brio Qudus Onikeku et ses fabuleux interprètes. Une pièce-manifeste à la fois exaltante et envoûtante, émouvante et explosive. »

Iris Gagnon-Paradis, La Presse, 2022-05-26

« L’heure et demie du spectacle passe à vive allure avec des scènes très variées qui s’enchaînent à merveille, des interprètes à l’énergie éclatante et contagieuse qui donnent envie de danser. Re:Incarnation, une vision positive de la mort oui, mais surtout une ode à la vie. »

Léa Villalba, Le Devoir, 2022-05-26

« Une plongée dans la culture Yoruba et la vitalité de la culture urbaine dont sont issu·es les interprètes, d’une affolante jeunesse et d’une indomptable énergie. »

Fabienne Arvers, Lesinrocks.com (France), 2021-01-27

« Flamboyante de dynamisme et de fierté, animée d’autant de rires que de heurts, d’étreintes que de rixes, possédée et transpirante d’une fiévreuse jouissance et d’un déchirement béant, la danse se présente sans demi-mesure. Elle emporte tout, ravage tout sur son passage. »

Christophe Candoni, Sceneweb.fr (France), 2021-01-27

 « La création de Qudus Onikeku nous prend aux tripes pour nous faire voyager au cœur de Lagos, une ville nigérienne brûlante de jeunesse et d’énergie. »

Mahaut Adam, Toutelaculture.com (france), 2021-01-18

« Un hommage vibrant et furieusement assourdissant au foisonnement culturel et musical du Nigéria. »

Olivier Fregaville-Gratian D’amore, Loeildolivier.fr (France), 2021-01-22

Entretien

« La pièce est inspirée par ces trois espaces qui cohabitent en même temps : l’espace de la vie, l’espace spirituel et celui des ancêtres. Ce sont différentes manières de parler de réincarnation : naissance, mort et renaissance. »

Lire la suite