You need Flash player 8+ and JavaScript enabled to view this video.
© Christian Ellwanger
Théâtre

Reminiscencia

Malicho Vaca Valenzuela

Cartographie émotionnelle

 D’un clic sur la flèche désignant sa maison sur un plan de Santiago, Malicho Vaca Valenzuela ouvre les entrailles d’Internet. De la ruelle où sa famille vit depuis quatre générations aux lieux emblématiques ou singuliers de la ville, il remonte la trace d’époques révolues, de révolutions réprimées, d’amours mystérieuses. Mémoires personnelles et collectives tissent la trame d’une expérience immersive à la croisée du conte et du documentaire. Un usage doux et bienfaisant du numérique.

Artiste multidisciplinaire de la nouvelle génération chilienne, Vaca Valenzuela réussit le pari de créer un art accessible et transformateur à partir de presque rien. Il exalte la poésie simple du quotidien et intègre la présence émouvante de ses grands-parents dans Reminiscencia. Présentée en ligne et en salle avec le narrateur sur scène, l’œuvre relie au-delà des écrans et enrichit les arts vivants d’une écriture scénique captivante.

Crédits
Information générale

Sur l'artiste

© Patricio Rojas

Malicho Vaca Valenzuela (Santiago du Chili) Le Insolente Teatre

Mémoire, corps, territoire et dissidence sont au cœur du travail de Malicho Vaca Valenzuela, surnommé Malicho par des grands-parents, qui, dans Reminiscencia, passent par la musique pour tromper l’Alzheimer.

Biographie complète

Échos des médias

« Une proposition puissante »

Alejandro Cruz, La Nación (Argentine), 2022-03-02

« Excellente adéquation entre le face-à-face et le numérique »

Marcio Tito, Deus Ateu (Chili), 2022-09-27

« Une biographie propre et collective qui permet une rencontre entre les souvenirs et les lettres cachées dans une ville qui crie pour raconter son histoire. »

Valentina Gilabert, Culturizarte (Chili), 2020-10-30

Entretien

« J’ai construit Reminiscencia en considérant que ma parole était le seul moyen d’amener du vivant dans la sphère virtuelle. Pour rappeler quelque chose du théâtre, il fallait que tout sorte de moi sans aucune écriture. »

Lire l’entretien