You need Flash player 8+ and JavaScript enabled to view this video.
© Maria Baranova
Danse

Weathering

Faye Driscoll

Il ne reste sur terre qu’un continent ou un simple radeau : une plateforme hospitalière où s’amalgament progressivement et dans un équilibre fragile les corps de dix performeur·euse·s. Épousant la morphologie du glacier, iels forment une sculpture vivante dont les membres, les visages et l’humanité semblent fondre dans une langueur et une sensualité saisissantes. De l’eau est vaporisée sur les peaux emmêlées comme pour entretenir ce corps collectif à la fois étrange et sublime, dont le souffle haletant finit par s’accorder à celui du public.

Entre chorégraphie et installation, Weathering est une performance multisensorielle où corps, sons, odeurs, fluides et objets deviennent peu à peu les derniers vestiges de notre espèce. Cette œuvre stupéfiante et lumineuse de la chorégraphe étatsunienne Faye Driscoll métaphorise de manière unique autant les débâcles que les métamorphoses qui façonnent notre époque.


 

Livret d’accompagnement

Apprenez-en plus sur la pièce, les œuvres qui l’ont inspirée et la réflexion écologique qui l’entoure avec le livret d’accompagnement Durations of Soft Detail, écrit par Faye Driscoll, Dages Juvelier Keates et Jesse Zaritt (en anglais seulement).

Crédits
Information générale

Sur l'artiste

© Bea Borgers

Faye Driscoll (New York + Los Angeles)

Véritable ovni de la scène contemporaine, Faye Driscoll déconcerte la critique et le public par le choc sensoriel et les nouvelles modalités d’empathie que mettent en jeu ses performances. Elle œuvre à éveiller les sens en réaction à leur engourdissement par les nouvelles technologies qui envahissent notre quotidien.

Biographie complète

Échos des médias

“An enthralling, epically adventurous work.”

Siobhan Burke, The New York Times (États-Unis), 07-04-2023

“Driscoll’s Weathering, 70 minutes of riveting, engrossing performance, an artistic triumph, comments on and equates the human condition with the dissolution of our natural environment. Our planet is imperiled to the point.”

Catherine Tharin, Dance Enthusiast (États-Unis), 28-04-2023

“Atop a square, springy mattress of a platform, ten artists morph a sculpture of breath and flesh into a high-octane bacchanal.”

Erin Bomboy, Bachtrack (États-Unis), 13-01-2024

“Driscoll, a meticulous artist enamored of the id, has used configurations that look like games of Twister before. This time, the mode has a more serious, ecological spin. It’s a bid to pay attention to tiny changes with huge consequences.”

Brian Seibert, The New Yorker (États-Unis), 29-01-2024

Entretien

« Je conçois la pièce comme une sculpture. En tant qu’humain·es, nous sommes dans un cycle de répétitions, de boucles. Nous pensons vivre une forme de « progrès », mais nous suivons des spirales temporelles. Les images de corps que nous avons absorbées et les images des monuments de nos histoires sont simplement là, à l’intérieur de nous toustes. »

Lire l’entretien