© Maude Chauvin

La vie est là

Notre monde devrait être gorgé de tout : d’arbres, de fleurs, d’abeilles, de mousses et de roseaux. D’amour aussi. Lorsque nous levons la tête, le ciel devrait nous laisser apercevoir des nuées d’oiseaux aux couleurs réjouissantes, leurs chants devraient nous bercer l’oreille avec douceur, pénétrer notre cœur avec grâce. La somme de nos connaissances accumulées au fil des siècles n’aurait-elle pas dû nous mener à l’orée de l’harmonie ? Et pourtant, il pleut du plastique, il se consume des abeilles. Les glaciers dérivent, se délitent.

Les artistes pressentent, ressentent. Ils constatent avec courage et lucidité l’état de notre monde saccagé. Ils nous sont précieux parce qu’ils nous proposent de nouveaux imaginaires. Ils dégagent des perspectives inattendues et rebâtissent des mondes où le rêve est à nouveau fécondé. Là où nous pourrions être pétrifiés, ils nous permettent de danser sur les ruines de notre chaos, souvent avec joie.

Cette 14e édition du Festival TransAmériques s’inscrit au début d’une nouvelle décennie qui sera cruciale pour notre humanité défaillante. Ce Festival est une fête, un temps d’arrêt qui secoue l’apathie collective. Debout, rassemblés par l’art, nous pouvons beaucoup. Profitons de notre force.

Le théâtre c’est d’abord la vie. Voilà ce que nous dit le grand Peter Brook. Inspirés par cet artiste infatigable de 95 ans, soyons parties prenantes de cette vie, car le ciel est toujours là, merveilleux.

Martin Faucher
Codirecteur général et directeur artistique

Lire l’allocution du 17 mars

Lire le blogue La vie est là (carnets)

 


© Maude Chauvin

Bienvenue au FTA

Nous sommes en 2020. La planète nous paraît aujourd’hui plus fragile que jamais et l’avenir, incertain, bien qu’encore ouvert à de multiples possibles. Il nous faut penser demain autrement. Humainement. Localement. Mondialement. Solidairement.

Nous sommes à Montréal, qui abrite une communauté vivace d’autrices, de chorégraphes, de metteurs en scène, de créatrices et créateurs au talent indéniable, de même que des publics ouverts, attentifs et curieux, indissociables les uns des autres. Ensemble, nous avons su inventer un terreau fertile à la création. C’est ce qui suscite le désir de visiter notre métropole chez les artistes étrangers. Les oeuvres qu’ils nous offrent bouleverseront nos certitudes et nous aideront à aborder la suite, en aiguisant au passage notre esprit critique, notre sens esthétique et notre conscience. Voilà ce qui appelle le Festival TransAmériques.

Comment un festival international consacré au théâtre et à la danse peut-il faire oeuvre utile ? Cette question anime chaque jour notre équipe pour déployer, au coeur du printemps, ce rendez-vous annuel très attendu. Vous avez entre les mains les fruits d’un travail inspiré, que nous souhaitons ardemment partager.

Nous saluons avec gratitude nos dévoués partenaires, alliés gouvernementaux, commanditaires et donateurs qui permettent à cet événement majeur de maintenir le cap sur ses aspirations. Enfin, bienvenue à vous, festivalières et festivaliers de tous les horizons. Nous vous convions chaleureusement à célébrer, 15 jours durant, l’art et le monde !

David Lavoie
Codirecteur général et directeur administratif